Histoire sans titre ni queue !

Celle-là, il faut vraiment que je vous la raconte.

Je retourne au boulot après la pause. Il est midi. Il fait chaud !
J’ai gardé la barbe et mis une chemise. J’ai donc plutôt un air sérieux. Nettement plus en tous cas que les Vendredis Teeshirt-Jean-Tennis. Sapé au point où même l’apprenti gbaka me dit « merci monsieur » , quand je lui tends son dû.

Quand j’aborde la ruelle qui mène au bureau, j’aperçois deux jeunes écolières en tenue d’EPS. Elles doivent avoir entre 13 et 14ans. Peut-être moins.

L’une d’elles m’interpelle :

-Elle : Tonton, c’est bien la route qui va au petit marché non ?

-EuD : Lequel des petits marchés, ma chérie ?

-Elle : Celui qui est vers le commissariat du 30ieme là.

-EuD : Mais le 30ieme c’est loin derrière vous hein ; là, vous allez vers le terminus 81…

Elle m’interrompt net !


-Elle : Donc on est perdues comme ça quoi ?

Sauf que dans le même temps, elle esquisse un sourire qui contraste avec la situation. Ne devait elle pas plutôt être un peu affolée à l’idée de s’être égarée ?

Je suis un peu troublé. Mais je me reprends vite.


-EuD : Euh… bon… vous allez où précisément ? Parce que le 30ieme c’est…

Elle m’interrompt encore !
Mais là, pendant que je charbonne pour lui proposer le bon itinéraire, elle éclate rire !

J’en ai sursauté, presqu’effrayé.
La jeune fille s’arrête alors et me fait :


-Elle : Tonton, je connais là-bas oooh ! C’était pour te tester.
Me tester ? Really ?
-EuD : …hein ? me tester ?
-Elle (parlant à sa copine ) : On va tourner au carrefour là là; après on va aller tout droit.
Toi tu dis de demander au tonton là ; si on l’avait écouté, à l’heure-là on était perdues vrai vrai.

Puis elle revient à moi, avec son implacable sourire expressément moqueur.


-Elle : Tonton, merci quand même hein. Tu es gentil.

-Elle : Mais, Tonton oh, il est quelle heure ?
-EuD : …12h53
-Elle : Ça aussi je savais !! fit-elle en exhibant sa montre au poignet. C’était encore un test !

Cette fois, elles c’est en chœur qu’elles se rient de moi; avant de reprendre leur chemin telles d’innocentes gamines.

Je suis resté là, planté au milieu de la ruelle.
Je n’ai toujours pas compris, je cherche encore.

fin ( de la pause ).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s