C’est gâté !

Quand l’on vous dit que 80% de la communication humaine est non verbale, c’est presqu’essentiellement à cause des expressions absconses du genre : c’est gâté !

Parce que « c’est gâté ! », des fois cela ne veut absolument rien dire, croyez moi; tandis que d’autres fois, cela peut être plus explicite qu’une présentation de Steeve Jobs.

Tenez, prenons cette conversation hautement instructive entre Aboulaye et son bras droit* Kipré :

-Ablo : Tchêêêê ! Go là, son malin est trop dêh. Si elle n’a pas gammé* BAC là non, walaye c’est gâté sur elle dèh ! Attachement n’est pas attachement; je vais sri* ça maaaal !

-Kiper : Djo, mais si elle a eu aussi c’est gâté au maquis hein ! On dit que son chargeur* c’est un babatchê* fatigué ! Assez de bockette* sur le côté.

-Ablo : Toi tu la connais où et puis elle va payer bockette pour toi ? Si tu es malin il faut mettre un peu sur toi, sinon si elle zaye*, c’est gâté sur toi oooh.

-Kiper : Faut pas dire les bêtises comme ça. D’ailleurs si c’est trop chaud, je frappe un castor* en pro, ou bien ?

-Ablo : Castor quoi ? À Abobo ici ?! Tu as fait ton testament quoi ? Parce que quand le gérant va te bomber là, c’est pour gâter tout dans gueule là. Maintenant s’il y a un FRCI* dans le coin, tu vas me devancer en enfer. On dit que Bob Marley est en train de gâter le coin là-bas.

-Kiper : Toi tu as toujours les fausses sciences pour gâter cœur des gens. On ne peut même pas faire les vrais plans avec toi…

La constante cependant, c’est lorsqu’il y a un match des éléphants footbaleurs.

Là, c’est gâté partout ! Peu importe le rang social, le niveau scolaire ou le parti politique. C’est gâté dans chaque camp mais jamais pour les mêmes raisons.

-Car quand ils sont victorieux (ce qui peut arriver en effet) c’est gâté à Abobo parce que « Nou Prezi est trop efficace même dans ballon ; c’est un dix ! »
Pendant que c’est (tristement) gâté Yopougon parce que « môgô là va venir dire encore que depuis 10ans on avait rien gagné ».
-Et quand ils perdent (pari plus sûr) c’est encore gâté à Blokauss ! « dieu ne peut jamais accepter de donner coupe là à Djoula ! Tant que le Woody n’est pas de retour au palais, c’est zéro !« .
Et c’est gâté à Bouaké car « Drogba c’est un maudit ! Il a loupé ken là exprès pour ne pas donner coupe au brave-tchê ! walaye Bété c’est pas l’homme !« .

Pffff il a raté penalty là ooooh ! C’est gâté !

Mais c’est seulement pendant la crise post-électorale de 2010 que ce terme allait se révéler le moins ambigu.

À cette époque-là, quand on te dit « c’est gâté ! », mon ami…c’est que c’est gâté ! C’était clair dans tous les esprits, sauf bien sûr dans le mien.

Car si les bruits de canons avaient tout d’effrayants, je réussissais tous les matins à rallier Cocody non loin de l’église Saint Jean, pour mes cours d’ingénierie.

Plus qu’une vingtaine d’heures de cours avant le diplôme et je ne voulais pas laisser nos deux présidents auto-proclamés me mettre davantage en retard.

Ce Lundi matin donc, maillot sérieux, jean délavé, baskets poussiéreuses faute d’avoir servies et sac à dos avec mon ordinateur portable dedans. Voilà l’étudiant noir en route pour le quai de bus.
Et pour confirmer l’entêtement, je mets mes écouteurs…mais sans activer la musique, pour capter quand même les détonnations.

Je peux donc entendre quelques gentils passants, rebroussant chemin, me lancer :

-Passant : Tchrrrr lui là il va où même ? On dit c’est gâté devant là-bas, il n’entend pas ? Il n’a qu’à aller seulement…

Je n’y prête aucune attention.

-Conscience de EuD : Il y a trop de peureux au pays ici. À cause de petit coup de canon lointain là, vous vous retournez. Dites plutôt que vous n’avez pas envie d’aller au boulot oui !

Je fais ainsi le trajet à contre-courant jusqu’à l’arrêt de bus, désespérément vide de monde comme du moindre véhicule. Et je ne parle pas des gbakas ni des warens, car eux ne badinaient pas avec l’appel émanant de la Primature du Golf* : Interdiction de circuler jusqu’à nouvel ordre !

-Conscience de EuD : Bon…on va marcher jusqu’à Abobo Gare ; Là-bas, il y a des hommes en armes qui escortent les bus…

Mais à peine avais-je fait le premier pas en direction d’Abobo que je vis arriver un homme d’une quarantaine d’années environ. Il était seul, à l’écart de la foule, marchant si lentement qu’on aurait dit qu’il rampait. Son regard hagard se perdait à l’horison mais il semblait ne rien voir ; la bouche mi- ouverte, les bras tremblotants et une grosse perle rouge sang suintant de son front.

En gros, prenez la tête de Michael Jackson dans Thriller mais en lieu et place du blouson de cuir rouge, mettez une chemise pagne usée par l’usage.

Et comme disait un célèbre ancien prisonnier-opposant-président-(puis encore)prisonnier politique : « Celui qui a vu le lion et celui qui a entendu parler du lion, n’ont pas la même manière de courir ».

Ce monsieur là était certainement de ceux qui l’avaient vu, ce lion. Rien qu’à le voir lui, je fus convaincu de ce que mes cours pouvaient attendre la fin de la crise : on rentre à la maison !

Quand je pousse la porte d’entrée, toute ma famille est au salon, chacun confortablement installé. Ils regardent sur une chaine étrangère un pseudo-spécialiste de la Côte d’ Ivoire, blablatant son pessimisme au vu des « évènements qui se déroulent actuelement même à Abobo Gare…ce quartier majoritairement musulman… ».

-Conscience de EuD : Il devrait sortir plus souvent de son studio celui-là ; kôh « majoritairement musulman… »

Je pose nerveusement mon sac avant de m’affaler moi aussi dans un fauteuil.
Mon frère ainé, étouffe un rire et avec une ironie à peine voilée me demande :

-Lui : Ah, c’est comment ? Tu ne vas plus à l’école là ?
-EuD : Tchrrrr…c’est gâté devant là-bas !

Quand le nom de ton pays est est rouge sur F24, c’est que c’est gâté !

 

Faux Lexique :

Bras droit : Son frère-dé-sang quoi; son ba’dé, son gaza de tous les temps !
Gammé : Ça gamme ou ça zaye.
Sri : Citer Steeve Jobs et pas Siri, t’as vu ça où toi ?
Chargeur : À #Babi y en a parfois 3 pour le même téléphone – Le chargeur original, le shintock adaptable et l’universel en cas de bref séjour –
Babatchê : C’est un koutrou qui est prêt !
Bockette : Number One les a provoqué oh ; voilà ça maintenant ils inventent toutes sortes de modèles.
Zaye : Je zaye , Tu zayes , Il/Elle zaye…
FRCI : Reflexes d’apprentis gbaka dans jolis treillis, tu connais pas ?
Primature du Golf : Il n’y avait pas que deux Présidents, toutes les âneries étaient disponibles en portion double.

 

Votre blog #ChezEuD est nominé aux #EBA2018 .
Les votes des internautes comptent pour le « Coup de cœur du public ».

Alors votez !
https://eba.ci/blog/chez-eud/

Publicités

9 réflexions sur “C’est gâté !

  1. Pingback: Moh et la Chronique du dimanche, épisode 3 | DIABY MOHAMED

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s