Être moi

« Ce n’est pas parce que votre comportement n’est pas totalement conforme à celui que vos collègues de travail ou votre famille attendent de vous, que vous êtes pour autant dans l’erreur (…)

De nos jours encore, pour être pleinement intégré socialement il est préférable d’être en couple (…) mariés si possible et surtout avec des enfants.
Le bonheur peut bien évidemment passer par ces éléments (…)

Mais est-ce pour autant obligatoire ?
À y regarder de plus proche, on se rendra surtout compte que ces normes, liées au domaine de la famille dans le cas présent, sont surtout devenues pour certains un véritable poids (…)

Pas facile d’être célibataire lorsque vos amis sont en couples. Pas facile non plus d’être un couple sans enfant lorsque toute votre famille vous réclame une descendance, au nom justement de votre bonheur et de la plénitude que vous laisseriez passer si vous décidiez de ne pas en avoir (…)

Il n’est pas ici question de vous inciter à rejeter la norme, sous prétexte que celle-ci en est une et qu’à ce titre elle vous est imposée. Être dans la norme permet l’intégration sociale, et celle-ci est une source indiscutable de bonheur.
Ce n’est pas un hasard si les études démontrent que la propension au suicide est généralement inverse au degré d’intégration sociale.

Pour autant, il faut aussi apprendre à être vous-mêmes, à vous affirmer face à la force constante et contraignante du regard porté par la société sur vos faits et gestes (…)
(…) la question à toujours avoir en tête est la suivante : dois-je faire les choses simplement parce que les autres me disent que c’est bien de les faire ? Ou dois-je plutôt faire des choix en fonction de ce que je pense intimement être le meilleur pour moi ?

(…) Et surtout, n’ayez jamais peur d’être vous-même. »

Extrait de: Levy, Camille. « Être Soi-Même. » FV Éditions, 2013-06-06. iBooks.

 

Publicités

3 réflexions sur “Être moi

  1. Je ne crois pas au determinisne absolue.. a ce stade de l’histoire et des connaissances les choix purement personnels nés de notre seule volonte n’existent plus. Il ya forcement un precedent et l’anti-norme temd a devenir la nouvelle norme.
    Peser le pour et le contre, le coeur (cest a que renvoie intimement) peut etre trompeur. Choisir et assumer ses choix.. parce que finalement est t’on different de la somme de ses choix?
    Et si le choix precedait le soi?

    J'aime

    • Merci Gretha 🙂

      Les principes de vie restent encore très rigides en effet. Et bien que les leaders soient très souvent des « anti-norme » qui appréhendent autrement même les choses les plus banales, il faut garder à l’esprit la myriade qui se perd pour avoir voulu taper trop tôt ou trop fort sur un mode de fonctionnement.

      L’auteur précise d’ailleurs que « Être dans la norme permet l’intégration sociale, et celle-ci est une source indiscutable de bonheur… »

      En somme, votre choix précèdera certainement votre « soi », que vous l’assumiez ou non, mais c’est le « nous » qui, selon le penchant collectif, y versera joies ou peines.

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s